Les règles pour concevoir une maison bioclimatique

Si la construction d’une maison est une incroyable aventure, cela n’en demeure pas moins un parcours semé d’embûches. Avant de se lancer dans l’architecture bioclimatique, il serait avantageux de se documenter pour connaître les bonnes bases.

Ce concept utilise au maximum les ressources naturelles de son environnement. Pour la concevoir, l’agencement des pièces se fait en fonction de l’orientation.

A voir aussi : Revalorisez votre bien immobilier grâce à des spécialistes du home staging

Définir la bonne orientation

Au moment de choisir l’implantation de votre maison, il serait plus convenable d’étudier préalablement le climat de la région.

A voir aussi : Quel est le meilleur insert à bois ?

Vérifiez s’il existe un microclimat lié à une topographie environnante. Évitez les zones de bruit qui risqueraient de vous empêcher d’ouvrir les fenêtres et de faire sortir la chaleur accumulée.

Vous devez également réfléchir à l’orientation de votre future maison bioclimatique. L’objectif est de récupérer au maximum les apports solaires pendant l’hiver et de les réduire en été.

Dans ce cas, il y a des règles à suivre. Orienter le maximum de fenêtres entre le sud/sud-ouest et sud/sud-est. Les expositions directes à l’est ou à l’ouest qui suivent la courbe du soleil sont à éviter.

Bien choisir les matériaux

Parfois en été, le niveau de température est très élevé. Cela peut influencer le choix des matériaux de construction et d’isolation. Le confort d’été ne se limite pas au traitement des murs.

Vous devez également traiter la toiture. Certains constructeurs utilisent les isolants biosourcés tels que la laine de bois ou de chanvre. Ces matières premières sont deux à trois fois plus denses.

En ce qui concerne le choix des couleurs, les murs qui ont le pouvoir de capter l’énergie du soleil pour la diffuser par la suite devront arborer des teintes sombres. Les tons clairs ont tendance à réfléchir la lumière sans la transformer en chaleur.

Dans la majorité des situations, le noir est à utiliser, car il entraîne une surchauffe de la maison. Mais, l’idéal est de privilégier les couleurs dans les bruns ou orangés.

Adopter le modèle cubique

Pour réduire les besoins de chauffage, il faut passer par la réduction des déperditions de chaleur. Optez pour les formes simples pour ne pas perdre la chaleur. Une maison bioclimatique composée de volumes décalés est à proscrire.

Misez sur une forme rectangulaire ou cubique. Par ailleurs, l’isolation doit être renforcée. Utilisez uniquement une bonne épaisseur d’isolants aux différents points de la maison (murs, toiture, planchers, etc.).

Pour isoler ces coins, les rouleaux de laine minérale sont à prioriser afin d’isoler les murs de même que les panneaux composés de polystyrène ou de polyuréthane. La laine de roche, en revanche, peut être soufflée en flocons au niveau des combles perdus de votre maison.

Enfin, les ponts thermiques de l’habitation devront impérativement être traités. Ces derniers apparaissent généralement à la jonction entre le plancher et la façade. Pour traiter ses ponts thermiques, optez pour la technique d’isolation thermique par l’extérieur (ITE).

Veiller à l’organisation des pièces

Placez les pièces à vivre au sud de la maison pour profiter pleinement de la lumière du jour et des longues soirées estivales. Optez pour une double exposition sud-est pour profiter du lever du soleil tout en prenant votre petit-déjeuner dans la cuisine.

Les chambres auront leur place à l’est. De cette manière, elles bénéficieront du soleil matinal tout en vous proposant de la fraîcheur en soirée. Concernant le garage, le cellier ou le couloir, ils doivent se situer au nord.

Il s’agit en fait des pièces dans lesquelles vous n’avez pas besoin de rester très longtemps. De plus, ils n’ont pas besoin d’être chauffés. Ils renforcent l’isolation thermique de la maison tout en diminuant les déperditions de chaleur.

Prévoir suffisamment de fenêtres

Pour avoir une ventilation naturelle durant l’été, il est conseillé de multiplier les baies vitrées. C’est d’ailleurs plus ou moins obligatoire dans les régions chaudes.

Dans une maison bioclimatique, mieux vaut ouvrir les fenêtres le soir pour aérer l’intérieur plutôt que d’activer la climatisation bruyante.

En cas de forte chaleur, la ventilation peut être traversante pour avoir un confort optimal, notamment si vous bénéficiez d’une double exposition.

Toutefois, chaque surface vitrée doit être pourvue d’une protection solaire extérieure, surtout si elle est horizontale, verticale ou inclinée et notamment en façade ouest et est.

Vous avez différents types de protections au choix :

  • Les stores et volets extérieurs permettent d’éviter l’échauffement du vitrage. Ils sont thermiquement plus efficaces que les stores intérieurs. La lame d’air qui se trouve entre le store et la surface vitrée doit être ventilée.
  • Les protections fixes sont des éléments architecturaux que vous pouvez intégrer dans une maison bioclimatique. Le pare-soleil, le brise-soleil, l’avancée de toiture, le balcon assurent le confort en été.
  • Les rideaux de végétation peuvent être indispensables. Il s’agit d’arbres et arbustes plantés à l’ouest qui peuvent créer une ombre pendant l’après-midi et en soirée. De plus, ce type de végétation apporte de la fraîcheur. Mais, choisissez de préférence des espèces à feuillage caduc. Ce type de végétation laisse passer les rayons lumineux du soleil pendant l’hiver.

 

ARTICLES LIÉS