Comment formuler une offre d’achat par écrit ?

Comment formuler une offre d’achat par écrit

L’offre d’achat de bien immobilier est un document important d’autant plus que c’est un engagement qui vous lie au vendeur. D’autre part, cette offre doit être formulée avec soin tout en respectant certaines règles.

Dés lors, il est important de prendre connaissance des mentions obligatoires à intégrer au moment de faire la proposition. Découvrez comment faire pour formuler votre offre d’achat immobilier par écrit.

A voir aussi : Multipliez les avantages fiscaux avec la loi Pinel optimisée pour le déficit foncier

Les mentions obligatoires

L’offre d’achat immobilier est également appelée promesse unilatérale d’achat. Sa formulation implique la mention des éléments suivants :

  • Votre identité et celle du vendeur du bien immobilier,
  • Votre proposition, c’est-à-dire votre prix
  • La description du bien en question : superficie, type (maison ou appartement…)
  • La durée de validité de l’offre
  • Le moyen de paiement (apport personnel et/ou prêt immobilier.

En dehors de ces mentions, il n’y a pas de règles spécifiques concernant la formulation de l’offre d’achat. Cependant, il est possible d’y ajouter certaines clauses. Après élaboration, l’offre doit être transmise au vendeur ou à l’agent immobilier chargé de la vente.

A lire en complément : Loi Nogal : le projet de loi qui sécurise bailleurs et locataire

Lorsque le vendeur reçoit votre proposition, il a trois options : rejeter l’offre, accepter l’offre ou bien faire une contre-proposition. Dans le dernier cas de figure, vous avez la liberté d’accepter ou de refuser. En cas de refus ou de contre-proposition venant du vendeur, on dit que l’offre d’achat est caduque.

Enfin, vous disposez d’un délai de rétraction de 10 jours. Pendant cette période, vous êtes libre de vous rétracter sans subir des pénalités.

offre d'achat

L’ajout de clauses suspensives

Au moment d’écrire votre offre d’achat immobilier, il vous est possible d’y ajouter des clauses suspensives. Grâce à cela, vous évitez de vous retrouver dans des situations critiques et sans issues. Pour précision, les clauses suspensives peuvent être acceptées ou rejetées par le vendeur. Le but est de vous assurer une protection en cas de problème.

Ainsi, vous pouvez intégrer des clauses pour refus du prêt immobilier par votre banque, remise en question de l’état du bien immobilier, etc. Les clauses peuvent aussi concerner la présence de servitudes inconnues et pouvant influer sur la jouissance du logement.

Il est conseillé de faire preuve de prudence, et ce, même lorsque vous achetez un bien immobilier neuf. Ne négligez donc pas l’ajout de clauses suspensives à l’offre d’achat.

Zoom sur l’offre d’achat au prix plus bas que le prix indiqué

Sachez qu’il est possible de négocier le prix d’achat du bien immobilier lors de la rédaction de l’offre d’achat. Étant donné que cette dernière a une durée de validité précise, le vendeur aura amplement le temps de réfléchir sur votre proposition avant de vous donner une réponse.

Vous pouvez alors, selon l’offre et la demande, partir sur un prix plus bas en guise de première proposition. Le prix que vous proposez sera alors le point de départ de la négociation. Toutefois, lorsque le vendeur est sollicité par de nombreux acquéreurs, une offre plus basse que le prix indiqué peut constituer un risque.

Rédiger une offre d’achat immobilier requiert la prise en compte d’éléments importants comme les mentions obligatoires, les clauses suspensives et le délai de rétraction. Dans le cas où vous ne recevez pas de réponse venant du vendeur, l’offre peut être considérée comme annulée.

ARTICLES LIÉS