Qu’est-ce qu’un mur porteur ?

Tu viens d’acheter un appartement ou une maison, et tu veux… faire une ouverture dans un mur ?

A lire en complément : Comment faire un plan de maison ?

Avant de tout casser et de prendre le ciel au-dessus de votre tête, vérifiez si le mur porte…

Le but de cet article n’est pas de vous entraîner en quelques minutes à analyser les structures du bâtiment, mais simplement de vous donner des indices. Nous vous recommandons fortement d’utiliser un BET ou un bureau de contrôle pour identifier avec certitude la structure de support.

A lire aussi : Créer un jardin en été : comment faire ?

Ma définition d’un mur porteur : paroi structurelle portant une charge verticale autre que son propre poids et des équipements directement attachés (étagères, lavabo…). D’autres définitions ambiguës peuvent être lues sur Internet. Un mur porteur peut transporter la tuile, et le mur du niveau supérieur. Il arrive qu’un mur ne porte PAS la dalle, et est considéré à tort comme non-porteur, alors qu’il porte les murs des niveaux supérieurs…

Quel matériau est un porteur mur ? La confusion peut venir de là. Considérez les 3 matériaux de construction les plus courants en France, à savoir le béton armé, le bloc creux et la brique creuse. Chacun de ces matériaux peut être utilisé pour un mur porteur ou pour une cloison non porteuse. Par conséquent, il ne faut JAMAIS tirer une conclusion sur la seule base du matériel.

Matériaux de sonde par oreille

Cela dit… essayez d’identifier les matériaux de toute façon. Ou dans tous les cas, des changements de matériaux, qui ont souvent lieu à l’interface chargement/non-porteur . Pour distinguer une cloison d’un mur porteur, essayez de frapper. Si vous distinguez un bruit creux sur un mur, et un bruit plus sourd sur le mur adjacent (vous pouvez également ressentir une dureté paroi supérieure, et des douleurs au doigt…), il est possible que vous ayez identifié un mur porteur. Cette astuce est particulièrement utile lorsque les porteurs sont faits de béton, et les cloisons faites de plaques de plâtre, de brique ou de bloc creux blocs.

Ceci doit être pris avec prudence. Par exemple, plusieurs couches de plâtre peuvent faire un mur de pierre de 40 cm sonner creux… Pour obtenir un cœur propre et vérifier votre hypothèse, armez-vous d’une massette, et retournez au plâtre pour voir les matériaux.

Encore une fois, c’est juste un indice. Alors que la plupart des bâtiments utilisent le même matériau pour les murs porteurs, il y a encore des bâtiments, qui combinent des blocs de béton et de blocs, des blocs et des briques, etc., dans la structure porteuse.

Emplacement du mur en question : Autres indices faciles : emplacement et épaisseur de paroi Sur la façade, les murs sont porteurs sûr.

Épaisseur  : Une paroi porteuse a généralement une épaisseur plus grande qu’une cloison non porteuse. L’épaisseur minimale d’un mur porteur est d’environ 15cm dans une construction moderne, mais vous ne savez jamais ce que vous trouverez dans l’ancienne…

Regardez les poutres

Si vous observez des poutres qui s’appuient sur un mur, il peut être considéré que ce mur est porteur. De la même manière, mais c’est plus compliqué, on peut observer les planchers.

Une autre considération pour les poutres est qu’elles peuvent être invisibles à l’œil nu, positionnées juste au-dessus d’une cloison de la même épaisseur. Pour démasquer une poutre cachée, frapper au sommet des murs. S’il y a un faisceau, vous devriez obtenir un son différent entre le faisceau, et le matériau sous-jacent qui compose : une partition.

Mettez la tête dans le faux plafond Pour en savoir plus, nous allons devoir passer par un peu. Si vous pouvez accéder au faux plafond, observez la jonction entre la tête des murs et le sol. S’il s’agit de cloisons, peut-être que vous serez en mesure d’observer un jeu entre le sol et le mur : il n’y a pas de doute dans ce cas, c’est une partition.

Examiner la forme des dalles de plancher Les supports d’une dalle sont nécessairement porteurs. En gardant cela à l’esprit, on peut deviner quel mur porte et quel mur ne l’est pas, en observant les dalles.

A propos des supports de dalle, on peut se rappeler :

  • Une dalle fortement rectangulaire est a priori supportée sur 2 supports.
  • Une dalle carrée est souvent pressée sur 4 supports, surtout s’il s’agit d’une dalle de béton coulée en place. Ce qui signifierait que les 4 murs de la pièce sont porteurs. Mais ce n’est pas certain, il peut également porter sur 2 supports, surtout s’il s’agit d’une dalle en préslabs, ou en poutres.

Observez la face inférieure de la dalle Si vous avez accès en dessous de l’étage, et aussi l’accès au faux plafond, jetez un oeil :

  • Si vous observez un plancher en acier (vieux bâtiments) ou en béton sur des constructions plus récentes, alors les poutres sont appuyées sur des murs porteurs (voir image). Bingo.
  • Si vous observez de gros joints dans la face inférieure de la dalle, le sol se compose de préslabs (voir image). La direction de l’articulation indique comment les préslabs sont portés, et donc, quels sont les murs porteurs.
  • Si vous ne voyez rien dans le dessous de la dalle, assurez-vous que vous êtes ne pas observer le faux plafond… ça arrive. Tocquez pour vérifier.
  • Si vous ne voyez vraiment rien dans le dessous de la dalle, le sol est probablement une dalle solide et du béton coulé sur place. Pour vérifier cette hypothèse, voyez si vous voyez de petites fanelles rectilignes : ce sont les joints de contreplaqué qui sont servis pour le coffrage de la dalle. Dans ce cas, sans les plans de renforcement de la dalle de béton armé, il est difficile d’évaluer les supports de la dalle, c’est-à-dire les murs porteurs.
  • Si vous ne pouvez pas accéder à l’espace caché par le faux plafond, descendez à la cave. Il n’y a jamais de faux plafond dans les caves, et vous pouvez facilement observer la face inférieure du sol au rez-de-chaussée, pour savoir ce que sont les murs porteurs. Parce que 95% du temps, les murs porteurs sont bien superposés de la cave au grenier.

– Balayez vers la gauche/la droite pour en voir plus

Dans la zone sismique, c’est encore un peu plus compliqué, car il existe 2 types de murs porteurs Attention en zone sismique .

Les murs porteurs « classiques », qui sont utilisés pour porter le bâtiment contre la gravité, et les murs de contreventement , qui non seulement portent, mais sont indispensables pour contrer l’action horizontale qui se produit en cas de tremblement de terre. Même s’il est techniquement possible de calculer une ouverture dans un mur de contreventement, c’est une idée à interdire en général.

Pourquoi ? Parce qu’il est facile de remplacer la paroi porteuse par un linteau, qui transportera des charges verticales. Mais la rigidité de l’ouverture créée ( linteau) est très faible par rapport à celle du mur ! Et sous un tremblement de terre, nous pouvons découvrir que ce mur a aussi servi de mur de contreventement… La seule solution possible est de créer une ouverture avec une rigidité équivalente à celle du mur. Un cadre métallique peut être une solution technique, mais en aucun cas, jamais, jamais, un linteau sera suffisant.

Les murs de contreventement ne sont pas exclusifs à la construction sismique. Il y a l’action du vent, les vibrations… Si vous pensez à ouvrir un grand mur porteur dans une zone non sismique, vous devez également faire attention à recréer la rigidité du mur. En d’autres termes, les linteaux posés partout lors de la création d’une ouverture dans un mur porteur peuvent être insuffisants.

Si vous, ou votre ingénieur, avez identifié une cloison comme un non-porteur, faites attention à nouveau. Beaucoup de vieux étages, dans les vieux bâtiments, se plient un peu avec le temps, et finissent par charger les cloisons, même si elles n’étaient pas prévues pour cela à la base. Ces partitions qui deviennent porteuses avec le temps sont parfois appelées Un dernier mot pour les bâtiments anciens cloisons semi-porteuses.

Briser une partition de ce type, même si elle n’a évidemment pas été construite pour être porteuse, peut alors avoir des effets dramatiques.

En résumé, votre liste de contrôle pour savoir si un mur porte

  • Mesurez le épaisseur des murs, observer les différences
  • Observez la forme des dalles, allongées ou plutôt carrées
  • Totaliser les murs en partie commune, comparer les murs proches, observer les différences de sons
  • Totaliser les murs dans la partie supérieure, pour essayer de découvrir les poutres

Après avoir accédé au-dessus du faux plafond :

  • Observez s’il y a un dégagement entre la tête du mur et le sol
  • C’est

  • quel genre de plancher ? Béton coulé en place, solives en bois ? Poutres métalliques, béton ? Predalles ? Sur quels murs les poutres se reposent-elles ?
  • Vérifiez l’état correct du sol, qu’il ne se plie pas et ne charge pas les partitions.
  • Si vous n’êtes pas en mesure d’accéder au faux plafond, allez à la cave et observez les murs et les planchers.

En espérant que ce long article vous sera utile, n’hésitez pas à laisser un commentaire si un point n’est pas assez clair.

À suivre : Comment faire une ouverture dans un mur

épaisseur des murs, observer les différences

  • Observez la forme des dalles, allongées ou plutôt carrées
  • Totaliser les murs en partie commune, comparer les murs proches, observer les différences de sons
  • Totaliser les murs dans la partie supérieure, pour essayer de découvrir les poutres
  • Après avoir accédé au-dessus du faux plafond :

    • Observez s’il y a un dégagement entre la tête du mur et le sol
    • C’est

    • quel genre de plancher ? Béton coulé en place, solives en bois ? Poutres métalliques, béton ? Predalles ? Sur quels murs les poutres se reposent-elles ?
    • Vérifiez l’état correct du sol, qu’il ne se plie pas et ne charge pas les partitions.
    • Si vous n’êtes pas en mesure d’accéder au faux plafond, allez à la cave et observez les murs et les planchers.

    En espérant que ce long article vous sera utile, n’hésitez pas à laisser un commentaire si un point n’est pas assez clair.

    À suivre : Comment faire une ouverture dans un mur

    ARTICLES LIÉS

    Abonnez-vous à notre newsletter

    Abonnez-vous à notre newsletter

    Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

    You have Successfully Subscribed!