Cette fonctionnalité n’est pas compatible avec votre navigateur. Ainsi, nous vous conseillons d’utiliser Google Chrome ou Mozilla Firefox.
Header
Loading...

Makers

Apparu voilà plus de dix ans, le mouvement Maker fédère aujourd’hui des milliers d’individus adeptes du DIY (« Do It Yourself » en anglais). Un Maker est un bricoleur des temps modernes féru de nouvelles technologies prêt à partager son savoir-faire au sein d’une communauté. Pourquoi pas vous ?

Du DIY au mouvement Maker

Un Maker (« faiseur » ou « fabricant » en anglais, voire « orfèvre » pour les plus romantiques) est un bricoleur du XXIe siècle. C’est un digne héritier des Shakers anglais de 1750, eux-mêmes considérés comme les ancêtres des adeptes du DIY, pour « Do It Yourself » en anglais, qui signifie « faites-le vous-même ». Né dans les années 1990, le mouvement Maker est la version moderne du DIY ; il concerne celles et ceux qui conçoivent les objets de leur quotidien par leurs propres moyens, en recourant aux nouvelles technologies telles que la conception 3D et en s’appuyant sur le savoir-faire d’autres membres de la communauté Maker. Originaire des États-Unis, le mouvement Maker existe partout dans le monde. On trouve des Makers dans de nombreux pays, spécialisés dans la robotique, l’électronique et la programmation informatique, mais encore l’artisanat, l’ébénisterie, la métallurgie...

À savoir : les « Hackeurs » appartiennent à la famille des Makers ; au départ, un Hackeur n’est pas un pirate informatique, mais un ingénieur qui analyse et améliore les capacités d’un programme informatique.

Une culture à contre-courant

Les motivations des Makers sont multiples et variées. Dans le désordre :

- un Maker veut être un consommateur-acteur au sein de la société, il veut pouvoir imaginer lui-même les objets dont il a besoin pour s’affranchir de ceux que lui imposent les industriels ;

- un Maker cherche à se faire plaisir dans la conception collaborative (« coworking » en anglais) d’objets beaux et utiles ;

- un Maker est soucieux des enjeux écologiques ; les objets qu’il invente respectent nécessairement l’environnement.

À noter : les Fab Lab (« Fabrication Laboratory » en anglais) hébergent quantité de Makers ; ces ateliers de fabrication collaborative ouverts à tous, créés dans les années 1990, leur mettent à disposition des machines-outils performantes (découpeuse graveuse laser ou imprimante 3D, par exemple) pour créer des objets-prototypes.

Une philosophie inspirée

On trouve les considérations qui fédèrent aujourd’hui les Makers dans divers manifestes dont voici quelques extraits :

- « Le modèle de l’industrie de masse, qui vend des produits standardisés (ou même personnalisés) à des individus réduits au rôle de consommateurs, n’est plus satisfaisant, tant d’un point de vue individuel que d’un point de vue collectif. Trouver ou retrouver la capacité de réparer, modifier, adapter, créer des objets constitue un chemin vers l’émancipation, vers l’accomplissement de soi. » ;

- « On ne possède pas réellement quelque chose si on ne peut pas l’ouvrir. » ;

- « La réparation est le héros méconnu de la créativité (…). S’il est cassé, réparez-le ! S’il n’est pas cassé, améliorez-le ! » ;

- « Avoir fait quelque chose, ce n’est pas avoir terminé, mais pouvoir faire autre chose. »

La Maker Faire

« La culture maker met l'accent sur l'apprentissage par la pratique dans un cadre social. La culture se concentre ainsi sur un apprentissage informel, communautaire, collaboratif et partagé motivé par l'amusement et l'accomplissement personnel » (source : Wikipédia). Cette culture se propage par le biais de réunions dans des « makerspaces », des endroits dédiés à l’échange où chacun s’exprime librement, mais encore dans des « Maker Faire ». Les Maker Faire sont des événements populaires qui réunissent des centaines de Makers. Ces rencontres initiées en 2006 par les fondateurs du magazine américain Make lancé un an auparavant se tiennent dans le monde entier. Le public peut s’y rendre pour assister à des démonstrations ou participer à des ateliers et des débats.

À noter : pour tout savoir du Maker Faire Paris, c’est ici : www.makerfaireparis.com

Liens intéressants

http://www.makerfaireparis.com/presentation/le-mouvement-des-makers/

http://www.journaldunet.com/ebusiness/commerce/le-mouvement-des-makers-prend-de-l-ampleur.shtml

http://www.internetactu.net/2013/10/23/mais-qui-sont-les-makers/