Comment bien s’informer avant de faire une contre expertise incendie

Faire évaluer le degré d’importance d’un sinistre est une mission qui incombe normalement à l’assureur. Ce dernier doit donc se baser sur une certaine expertise afin de déterminer le montant d’indemnisation. Néanmoins, vous êtes totalement dans votre droit en demandant à consulter le rapport fait par l’expert de la compagnie d’assurance. En cas de désaccord avec le compte rendu, vous pouvez contacter un autre spécialiste pour une contre-expertise. Voici ce que vous devez savoir avant de demander une contre-expertise.

Contre-expertise incendie : est-ce réellement possible ?

L’objectif de la souscription à l’assurance incendie est d’obtenir des réparations pour un éventuel sinistre. Toutefois, il arrive qu’après l’incendie que l’on soit déçu par les propositions de la compagnie d’assurance.

A voir aussi : Quel est le coût de l'installation d'un poêle à bois ?

En effet, l’expert qui est missionné par l’assureur est en mesure de sous-évaluer l’indemnisation que vous devez recevoir. Ainsi, si vous pensez que vous méritez beaucoup plus que ce qui est proposé, alors vous pouvez demander une contre-expertise.

La contre-expertise incendie représente-t-elle un droit de l’assuré ?

Quand un assureur examine les pertes qui ont été provoquées par le feu, il fait appel à une personne tierce. Celle-ci est habilitée pour cette tâche. Cela veut donc dire que l’évaluation du sinistre est une initiative de la compagnie d’assurance. C’est ainsi à elle de payer les frais de l’expert mandaté. Par ailleurs, l’expert de l’assureur doit remplir quelques conditions avant de rédiger son rapport.

A voir aussi : Comment gagner de l'espace dans une cuisine ?

Il doit alors commencer par déterminer l’origine de l’incendie. Pour que son rapport soit le plus correct possible, le professionnel exige la présence de certaines pièces justificatives. Il s’agit par exemple des factures de vente ou encore des photos de l’objet. Le rapport pourra mentionner la somme qui correspond à l’indemnisation du dommage.

En revanche, si vous vous opposez à son rapport, vous avez pleinement le droit de solliciter un deuxième avis. Toutefois, ce dernier est à votre charge, vous devez donc en assurer les honoraires.

Le contre-expert auquel vous faites appel fixe le montant de ses frais avant que ne commence le travail. En outre, vous pouvez même discuter des honoraires de votre contre-expert avec votre assureur.

Demande de contre-expertise : une démarche à effectuer dans les règles de l’art

Lorsque l’expert de l’assureur finit son rapport et qu’il vous le présente, il vous fera également une proposition pour l’indemnisation. Si vous n’êtes pas d’accord, sachez que vous ne pouvez pas effectuer une contre-expertise sans raison valable. De plus, vous devez d’abord informer votre assureur de votre envie de faire une contre-expertise. Ce dernier n’a pas le droit de vous empêcher de mener votre projet à terme.

Par contre, avant la contre-expertise, il vous faut rédiger une lettre recommandée à l’endroit de la compagnie d’assurance. La bonne nouvelle est que si la conclusion de votre deuxième avis ne vous convient pas, vous pouvez aussi la rejeter. Vous avez la possibilité de contester toutes les conclusions des experts jusqu’à ce que vous obteniez une qui vous plaise.

Cependant, il vous faut chaque fois des motifs convaincants ainsi que des preuves concrètes. L’autre méthode est de plutôt recourir à la médiation en assurance. À ce niveau, le médiateur joue un rôle d’intermédiaire en défendant aussi bien vos intérêts que ceux de l’assureur. Il lui revient de trouver un accord entre vous et la compagnie d’assurance. L’avantage de la médiation est qu’elle évite de mener l’affaire au tribunal.

Quelle attitude adoptée pour la lecture du rapport de l’expert ?

Le mot d’ordre dans la lecture du compte rendu présenté par l’expert de l’assureur est la prudence. En réalité, on ne fait pas recours à un deuxième expert au hasard. Cela peut très vite envenimer la situation en cas de grand désaccord entre les deux experts. Par ailleurs, pour éviter de faire appel à un troisième expert, il faut être très attentif en lisant le rapport.

Vous devez savoir qu’il arrive que certains professionnels dénués de bon sens s’associent aux compagnies d’assurance. Cela dans le but de faire diminuer la somme normalement prévue pour votre indemnisation. De plus, ils peuvent indiquer des éléments qui ne sont ni importants ni pertinents.

En plus, votre déclaration peut aussi modifier de manière involontaire son rapport. Par exemple, vous n’avez pas le droit d’ajouter des éléments au rapport afin de faire augmenter le montant des réparations. L’acte est illégal et passible d’une peine de prison. C’est la raison pour laquelle vous devez être très minutieux et bien réfléchir avant de demander la contre-expertise.

ARTICLES LIÉS